Sortez les raquettes

…mais pas celles de Badminton, on ne verrait pas le volant.

La saison démarre bien, un hiver qui ressemble enfin à un hiver, un plan de culture terminé, des semences qui arrivent à temps. De bonne augure pour la suite…

En attendant la floraison du Forsythia, qui donne le vrai départ du printemps; loin de la nervosité des routes enneigées, j’en profite pour humer le terrain l’appareil en main.

C’est vrai qu’ils sont plaisants, tous ces petits villages… (Brassens)
Beau contraste entre la terre, l’air et l’eau.
Une couverture en plus, ça ne fait jamais de mal.
Ces laitues de Trémont tiennent fort bien le gel.
Cardon, Glace, Carglass. Placement de produit ;)
Qui a dit que l’hiver était ennuyeux?
Passez le bout du museau dehors, ça en vaut la peine!
(mais couvrez vous bien quand-même)

Paysans 1 – Sisyphes 0

Et voilà en passant les images du dernier chantier (qui commence à dater): 20 balles de foin (plus de 3 tonnes…) à disposer sur l’ensemble du potager afin de les dérouler en paillage. Tout seul c’est galère, mais à 10… ça roule!

Un tout grand merci aux courageux qui m’ont prêté main forte ce jour là ;)

PS: S’il faut que je retire des photos ou floute votre visage, c’est votre droit et n’hésitez pas à le faire valoir… On a trop tendance à l’oublier actuellement.

Un peu de sagesse pour 2018…

Meilleurs voeux à toi, à vous, à tous;

Et pleins de belles choses pour ce qui est et ce qui vient!

Ce coup-ci je n’écris pas, ne montre pas d’image, je ne fais « que » relayer un texte qui me touche par sa sagesse et sa pertinence…

Le texte est de Satprem, et je suis tombé dessus ici.

«Le Grand Sens»

C’est le temps du Grand Sens.

Nous regardons à droite ou à gauche, nous construisons des théories, réformons nos Églises, inventons des super-machines, et nous descendons dans la rue pour briser la Machine qui nous étouffe — nous nous débattons dans le petit sens. Quand le bateau terrestre est en train de couler, est-ce qu’il importe que les passagers coulent à droite ou à gauche, sous un drapeau noir ou rouge, ou bleu céleste ? Nos Églises ont déjà coulé : elles réforment leur poussière. Nos patries nous écrasent, nos machi­nes nous écrasent, nos Écoles nous écrasent, et nous construi­sons davantage de machines pour sortir de la Machine. Nous allons sur la lune, mais nous ne connaissons pas notre propre cœur ni notre destin terrestre. Et nous voulons améliorer l’exis­tant — mais ce n’est plus le temps d’améliorer l’existant : est-ce qu’on améliore la pourriture ?…

… C’est le temps d’AUTRE CHOSE. Autre chose, ce n’est pas la même chose avec des améliorations.

Mais comment procéder ?

On nous prêche la violence, ou la non-violence. Mais ce sont deux visages d’un même Mensonge, le oui et le non d’une même impuissance : les petits saints ont fait faillite avec le reste, et les autres veulent prendre le pouvoir — quel pouvoir ? Celui des hommes d’État ? Est-ce que nous allons nous battre pour détenir les clefs de la prison ? Ou pour construire une autre prison ? Ou est-ce que nous voulons en sortir vraiment ? Le pouvoir ne sort pas de la poudre des fusils, pas plus que la liberté ne sort du ventre des morts — voilà trente millions d’années que nous bâtissons sur des cadavres, des guerres, des révolutions. On prend les mêmes et on recommence. Peut-être est-il temps de bâtir sur autre chose, et de trouver la clef du vrai Pouvoir…

… Alors il faut regarder dans le Grand Sens.

Voici ce que dit le Grand Sens :

Il dit que nous sommes nés il y a tant de millions d’années — une molécule, un gène, un morceau de plasma frétillant — et nous avons fabriqué un dinosaure, un crabe, un singe. Et si notre œil s’était arrêté en cours de route, nous aurions pu dire avec raison (!) que le Babouin était le sommet de la création, et qu’il n’y avait rien de mieux à faire, ou peut-être à améliorer nos capacités de singes et à faire un Royaume Uni des Singes… Et peut-être commettons-nous la même erreur aujourd’hui dans notre forêt de béton. Nous avons inventé des moyens énormes au service de consciences microscopiques, des artifices splendides au service de la médiocrité, et davantage d’artifices pour guérir de l’Artifice. Mais l’homme est-il vraiment le but de tous ces millions d’années d’effort — le baccalauréat pour tous et la machine à laver ?

Le Grand Sens, le Vrai Sens nous dit que l’homme n’est pas la fin. Ce n’est pas le triomphe de l’homme que nous voulons, pas l’amélioration du gnome intelligent — c’est un autre homme sur la terre, une autre race parmi nous.

Sri Aurobindo l’a dit : l’homme est un «être de transition». Nous sommes en plein dans cette transition, elle craque de tous les côtés : au Biafra, en Israël, en Chine, sur le Boul’mich’. L’homme est mal dans sa peau.

Et le Grand Sens, le Vrai Sens nous dit que la seule chose à faire est de nous mettre au travail pour préparer cet autre être et de collaborer à notre propre évolution au lieu de tourner en rond dans les vieilles hommeries sans issue et de prendre les faux pouvoirs pour régner sur une fausse vie.

Mais où est le levier de la Transmutation ?
Il est dedans.

Il y a une Conscience dedans, il y a un Pouvoir dedans, celui-là même qui poussait dans le dinosaure, le crabe, le singe, l’homme — qui pousse encore, qui veut plus loin, qui se revêt d’une forme de plus en plus perfectionnée à mesure que son instrument grandit, qui CRÉE sa propre forme. Si nous saisissons le levier de ce Pouvoir-là, c’est lui qui créera sa nouvelle forme, c’est lui le levier de la Transmutation. Au lieu de laisser l’évolution se dérouler à travers des millénaires de tentatives infructueuses, douloureuses, et de morts inutiles et de révolutions truquées qui ne révolutionnent rien, nous pouvons raccourcir le temps, nous pouvons faire de l’évolution concentrée — nous pouvons être les créateurs conscients de l’Être nouveau.

En vérité, c’est le temps de la Grande Aventure. Le monde est fermé, il n’y a plus d’aventures au-dehors : seuls les robots vont sur la lune et nos frontières sont partout gardées — à Rome ou à Rangoon, les mêmes fonctionnaires de la grande Mécanique nous surveillent, poinçonnent nos cartes, vérifient nos têtes et fouillent nos poches — il n’y a plus d’aventure au-dehors ! L’Aventure est Dedans — la Liberté est dedans, l’Espace est dedans, et la transformation de notre monde par le pouvoir de l’Esprit. Parce que, en vérité, ce Pouvoir était là depuis toujours, suprême, tout-puissant, poussant l’évolution : c’était l’Esprit caché qui grandissait pour devenir l’Esprit manifeste sur la terre, et si nous avons confiance, si nous voulons ce suprême Pouvoir, si nous avons le courage de descendre dans nos cœurs, tout est possible, parce que Dieu est en nous.

L’AGENDA DE LA MERE
28 juin 1969

Les brigades d’actions paysannes

Lancées courant 2017 par un réseau citoyen issus d’horizons pluriels, les brigades d’actions paysannes (BAP) ont pour objectif de faire converger toute personne désireuse de soutenir l’agriculture paysanne, la souveraineté alimentaire et d’accentuer la transition.

Par l’intermédiaire de diverses mobilisations, les BAP portent la voix du changement de modèle agricole, largement nécessaire pour faire face aux défis à venir. Par l’organisation de chantiers, les BAP permettent de relier les producteurs engagés dans ce changement de modèle et les personnes motivées par des gestes concrets.

Vous voyez peut-être où je veux en venir…

Afin de préparer les jardins pour le printemps prochain, j’organise un chantier au champ le dimanche 26 novembre. Qu’on se le dise!

Toutes les infos se trouvent sur le site des brigades d’actions paysanne:

CHANTIER DU CHAMP DE L’ALOUETTE

Merci de me confirmer votre présence pour que je prévoie un repas en conséquence… et au plaisir de vous y voir!

 

L’image ci-dessus a été trouvée sur le site des BAP, merci à l’auteur de me contacter s’il souhaite que je le mentionne… ou que je la retire.

Lowco, c’est pas un légume, c’est une appli

Une « appli », ce n’est toujours pas une variété de légume, mais un ensemble de scripts et d’algorithmes que l’on met dans un paquet. On entoure tout ça d’un joli ruban illustré, le layout.

En fait c’est comme moi quand je met différents légumes dans une caisse pour former un panier.

Et la, vous vous dites peut-être « ouate de phoque? »

Continuer la lecture de Lowco, c’est pas un légume, c’est une appli

Portes ouvertes du champ de l’Alouette

Bonjour chères toustes;

Ce dimanche 10 mai, c’est la fête des mères (avouez que je fais bien de le rappeler…)
mais ce sont aussi les portes ouvertes de mon potager, le Champ de l’Alouette!

Au programme, à partir de 14h je vous ferai visiter le jardin et vous expliquerai ma façon de travailler.
Il y aura un petit bar et des gâteaux pour le goûter!
Et au soir barbecue (apportez vos grillades, j’m’occupe des salades) pour papoter, profiter, musiquer, etc…

Donc n’hésitez pas à passer pour 10 minutes, 1 heure, toute la journée!
(et prévenez si possible pour pas me retrouver à court de gâteaux ;)

ET

J’en profite pour vous signaler que je cherche encore quelques mangeurs bruxellois pour cette saison!

Vous êtes à la recherche de légumes savoureux et plein de vie?
Vous désirez soutenir une production maraîchère respectueuse de l’environnement et équitable pour le paysan?
Vous préférez une ambiance conviviale au *bip* *bip* du Self-Scan?


Alors, rejoignez un Gasap partenaire…
Explications sur http://champ-alouette.be/paniers/

N’hésitez pas à en parler autour de vous! Merci…

Au plaisir de vous voir le 10 mai!
A bientôt,

IMG_9021

Envie de prendre l’air?

Bonjour tout le monde!

Allez, c’est parti pour le renouveau! Les Mésanges charbonnières, faucons crécerelle, et surtout les Alouettes sont de retour sur le champ. Elle me disent dans leur langage: « C’est le moment de sortir de ta tanière, vieil ours! »

Serre pépinière
Une pépinière toute neuve, encore dans son emballage (en espérant que l’emballage tienne encore quelques années)

Ca tombe bien, j’ai justement une serre à monter. Il y a deux semaine, la pépinière s’est construite aussi facilement qu’un meuble Ikaé (d’ailleurs il me reste aussi deux trois pièces « que-on-sait-pas-à-quoi-ça-sert »), grâce à l’aide précieuse de Khanh. Reste maintenant le gros morceau: 16 arceaux, 30 m par 6.5 m, j’ai nommé la serre à tomates!

Pour la placer, j’aurai besoin de vous. Ce sera aussi l’occasion de: prendre un bol d’air frais et de faire le plein de soleil, de se rencontrer autrement, de voir le champ de l’Alouette, de deviser sur le temps qu’il fait, qu’il n’y a plus de saison, que c’est le réchauffement climatique ou bien le projet HAARP,… de découvrir le plaisir d’avoir des chaussures qui pèsent deux kilos tellement la boue colle dessus,de brûler les calories accumulées lors de votre plantureux repas de Saint-Valentin et après l’effort, pour les plus téméraires, de voir à quoi ressemble le fameux mais néanmoins méconnu carnaval de Nivelles.

En pratique:

Rendez-vous à partir de 10h au champ de l’Alouette, juste à côté du 150, chaussée de Hal à 1400 Nivelles. Le plus simple c’est d’y venir en voiture. Sinon n’hésitez pas à appeler pour voir comment on peut s’arranger. Fin du chantier prévu vers 16h-17h. Prévoyez un pic-nic à partager ou pas, je me charge des boissons.
Des bonnes chaussures ou bottes sont fortement conseillées… et si vous avez des bêches et/ou des clés à molette, on risque d’en manquer.

Après la journée de travail, apéro, puis frite, pain boudin, ou tout autre réjouissance calorifère sur la grand-place de Nivelles, festivités et fête forraine. Possibilité de loger sur place (prévenez un petit peu à l’avance que je vous prépare un petit lit douillet)

Dimanche matin pour les curieux et les lève-tôt: Carnaval! Ramassage des gilles,aubade matinale, battage de pavé et folklore Nivellois (pour les oranges, il faut attendre le cortège l’après-midi).

Voilà pour le programme…

D’ici-là je vous souhaite une belle semaine; faites-moi signe si vous comptez passer (même une heure ou deux c’est déjà génial!)

A vous les studios,

Julien
PS: N’hésitez pas à transférer aux personnes intéressées que j’aurais oublié de prévenir…

0479 43 60 43
julien@champ-alouette.be

Résister en buvant la tasse

Cela fait des éons immémoriaux (sic Lovecraft) que je n’ai plus posté d’article… Alors en voilà un, fraîchement moulu!

KawaZ Nivelles
Le sous-commandant Marcos n’a qu’à bien se tenir…

Voici que mon potager se vide, et que la nature se calme. J’ai donc un peu plus de temps pour assouvir d’autres passions: la mobilisation citoyenne et le café.

Et comme les deux vont bien ensemble, je vous annonce l’ouverture d’un point de dépôt KawaZ au champ de l’alouette!

Continuer la lecture de Résister en buvant la tasse

Court-circuit végétal